En Route de la Soie

La Route de la Soie… rien que ces mots évoquent en chacun de nous le voyage ! Pour nous, ça a été une évidence : partir en van, camping-car ou camion d’expédition sur ces routes qui voient passer des voyageurs depuis 2000 ans avant notre ère ! Mais il n’y a pas une, mais des routes de la soie. Ce sont ces routes que nous partirons découvrir avec notre camion d’expédition, bien sur pas avant 2023 / 2024, et lorsque les conditions idéales de voyage seront de nouveau réunies.

Histoire de la Route de la Soie

A l’origine de la route de la soie.

Déjà il y a des milliers d’années, tout partait de Chine ! Les échanges commerciaux avec l’Europe se faisaient donc sur ces routes. L’origine des grands bazars d’Orient résulte de ces échanges aux croisements des routes entre l’est et l’ouest, le nord et le sud. Ces routes commerciales ont également favorisé les échanges culturels, les croyances et les traditions.

Le nom de « Route de la Soie » n’est apparu qu’au XIXè siècle. C’est le géographe allemand Ferdinand von Richthofen qui a nommé ces routes commerciales ainsi, en choisissant la matière la plus « noble », la soie pour nommer cette route qui voyait transiter quantité de marchandises de luxe.

La découverte de la soie

On doit cette découverte à l’épouse de l’Empereur Jaune, de la Dynastie Xia, vers 2070 av. J.-C. Alors que Xi Ling Shi prenait le thé à l’ombre d’un mûrier, un cocon tomba dans sa tasse. Elle le déroula en tirant sur un fil et constata que ce fil était soyeux et solide. Un cocon représente 300 mètres de fil de soie ! Elle fit donc planter des mûriers blancs et fit l’élevage de vers à soie ou bombyx. Le secret de la soie fût jalousement gardé par les Chinois pendant plusieurs millénaires puisqu’un décret impérial punissait de mort quiconque divulguerait ce secret.

Pour en savoir plus sur la soie, retrouvez l’article sur la visite de la ferme de la soie à Siem Reap au Cambodge avec une vidéo des différentes étapes

Les routes de la Soie

Le point de départ était la capitale chinoise Chang’an, aujourd’hui appelée Xi’an. Les marchands partaient dans diverses directions avec des marchandises comme la soie bien sur mais également, des pierres précieuses comme les jades, des métaux ou des épices et du thé. Arrivés à la ville suivante, ils vendaient leur marchandise à d’autres marchands qui parcouraient une autre portion de route. Le point d’arrivée était la Rome Antique et au fil du temps, les cours royales de l’Occident.

Les villes intermédiaires les plus importantes de ces échanges sont celles où aujourd’hui encore, on trouve les plus grands bazars comme Samarcande, en Ouzbékistan.

Les marchands transportant des marchandises de haute valeur, on construisit tout au long de ces voies des caravansérails où ils pouvaient passer la nuit en toute sécurité avec leur chameaux et leur précieux chargement.

Toutes ces raisons font que les populations de ces pays ont depuis toujours vu passer des caravanes de nomades et sont très souvent de culture nomade eux aussi. Quoi de plus naturel alors que de commencer par suivre ces routes avec Phil comme caravane !

Notre choix de véhicule

Au départ, il faut que je sois franche parce que me parler de camping-car était un sujet de tension !!! Pourquoi ? Vous le savez, on vit en Corse, une ile de montagne et de cols avec une surpopulation estivale. Pendant plus de 10 ans, j’ai arpenté les routes de Corse (60 000 kms par an) avec mon fourgon et lorsque je devais patienter dans la montée d’un col derrière une file de camping-car, je pestais ! Ensuite, le sans-gène de certains qui installaient tables et chaises, garés sur 3 ou 4 places, sur des parkings me hérissait au plus haut point ! Donc, lorsque Daniel me parlait camping-car, je répondais « sans moi » !!! Mais, il n’y a que les « cons » qui ne changent pas d’envie (le lapsus est vrai aussi ! mais c’est d’avis !) …

Le commencement

Donc, nous sommes en mars 2020 et nous voilà confinés ! Perso, je suis encore plus occupée ! Ma formation de Gestionnaire Comptable et Fiscal est devenue à distance, j’ai tout plein d’articles à écrire sur le blog sur notre dernier voyage au Cambodge et au Vietnam…

Mais Daniel, lui est vraiment confiné ! On a bien sûr la phase du début où on est branché info en permanence jusqu’à ce qu’on décide que Basta ! c’est tellement anxiogène !

En plus, à ce moment là, on est rentré depuis 2 mois et je commence à préparer le prochain voyage vers la Colombie !

La découverte des chaines YouTube des voyageurs

Et Daniel se met à suivre des chaines YouTube de voyageurs ! On commence par la série Bangkok Paris de Justin Van Colen, puis on continue par GrizzlyNBear Overland, Les Artisans de demain, Wonderscope Project ou Les Marioles Trotters en passant par les différentes familles en voyage comme les Nesta autour du Monde , les Petits Voyageurs, The Vadrouilleurs for reveur ou Raised on the Road… et j’en oublie ! Il est vrai que dans notre cas, il était plus facile de s’identifier aux couples qu’aux familles, puis aux pays où nous souhaitons aller. D’ailleurs sur la Route de la Soie, on a découvert Capitaine Morgan qui l’a fait à moto. Je vous mets le lien de toutes ces chaines en bas de l’article 😉

Les différentes phases

Au départ, on s’oriente vers la cellule pick-up car c’est l’encombrement d’une voiture, la cellule peut être déposée et c’est 4×4. Ça nous semble idéal jusqu’à ce qu’on se dise que nous avez envie d’un long voyage, 12 à 18 mois et que du coup, on risque de se marcher dessus !

On commence donc à regarder les fourgons aménagés… Mais en trouver un en 4 roues motrices est compliqué et la partie dinette nous semble étriquée !

Nous voilà donc à regarder les profilés puisque certains offrent un espace dinette face face …. mais pas de 4 x 4 !

On a bien vu les camions avec cellule mais on voit aussi des prix quelque fois assez incroyables ! Nous sommes un peu dans une impasse !

Par contre, on est devenu incollables sur tous les types de véhicules, les aménagements, les porteurs etc…. Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser en commentaire, nous vous répondrons avec plaisir.

Identifier nos besoins

Du coup, on fait une liste des critères que nous recherchons, en ordre de priorité ! Entre-temps, on a décidé que nous partirions plusieurs mois, jusqu’en Mongolie ! Il y a des choses sur lesquelles on peut « négocier » mais d’autres non ! On souhaite un véhicule 4×4, un chauffage diesel puisque plusieurs pays ont un hiver rigoureux et les bouteilles de gaz partiraient trop vite sans compter les différentes bouteilles selon les pays. On a tous les deux besoin d’espace pour travailler sur notre ordinateur donc un salon face face s’impose. Du coup, il nous faut assez de puissance en panneaux solaires et batteries mais ça, ça peut se rajouter. Nous aimerions un lit suspendu.

Nous sommes en contact avec divers vendeurs de camions aménagés qui nous disent qu’il vaut mieux qu’on trouve un camion et qu’on construise notre cellule. On finit par se dire que c’est la meilleure solution, puisqu’en plus on a le temps. On cherche alors vers les IVECO DAILY 4×4.

C’est bon, on sait ce qu’il nous faut

Et puis, on prend la décision de contacter Pascal de Nomade into the Wild en lui exposant nos critères. Après nous avoir écouté, sa réponse est immédiate ! Un UNIMOG ! Surtout que si on n’est pas pressé, avec cette période sans voyage, il va en arriver sur le marché. On en repère quelques uns ensemble mais certains sont à l’étranger et il faut les passer à la DREAL en France, chose assez compliquée ! Certains nous passent sous le nez, jusqu’au soir ou Daniel voit l’annonce de Philippe.

Nous sommes les premiers à répondre à Philippe ! Le courant passe de suite entre nous, et c’est Pascal qui fait la visite, puis l’essai pour nous. Nous ne pensions pas trouver le véhicule « idéal » si vite mais c’est le coup de foudre et ce véhicule répond à quasiment tous nos critères.

La suite, vous la connaissez, ou vous pouvez la voir en vidéo (je vous mets les liens plus bas). C’est Philippe qui nous amène le camion en Corse le 2 octobre. L’évidence d’appeler ce camion Phil nous est apparu le jour où nous avons pris la décision de l’acheter, et ainsi, Phil ira en Mongolie !

Phil, notre camion d’expédition

Phil est un Mercedes Unimog 1300L type 435 de 1986. Dans sa première vie, cet Unimog était un camion militaire pompier ou ambulance de l’armée allemande. Puis il a été aménagé avec une cellule et une capucine et est devenu tout jaune ! En 2012, il croise la route de Philippe, un grand voyageur avec déjà quelques véhicules à son actif et qui décide de le transformer. Tout le camion sera mis à nu, une nouvelle cellule est construite par IPM MONDIA sur les plans de Philippe qui se charge de tout l’aménagement, mais aussi de la toute la partie technique et mécanique. À son grand regret, Philippe ne partira jamais pour le long voyage prévu en Mongolie, et il faut se faire une raison, le camion doit voyager !

Parlons des mensurations de notre bébé ! Dimensions : longueur 6.25 m, largeur 2.45 m, hauteur 3.25 m, poids 7.49 t et 118 000 kms au compteur.

L’avantage d’un tel camion ? Pas d’électronique, pas de moteur euro 5 ou 6 assez embêtant dans d’autres pays que l’Europe. Mais surtout, une mécanique « simple » qui peut être réparée par tout bon mécano et une disponibilité des pièces dans le monde entier puisque c’est Mercedes.

Le permis C

Tout ça est arrivé si vite que nous n’avons pas encore le permis C ! Et en Corse, pas de possibilité de le passer avant le printemps 2021, faute d’inspecteur !

Qu’à cela ne tienne, Daniel est parti pour 15 jours à Marseille pour passer son permis avec ECF en stage intensif. Cela fait 1 semaine qu’il y est, mais malheureusement, on est confiné et la formation est interrompue. En même temps, même s’il avait eu son permis, on ne pourrait pas aller se promener !

Pour moi, le permis est prévu pour 2021, enfin j’espère… et ensuite nous envisageons un stage 4×4 avec Phil pour bien découvrir ses possibilités (mais il parait qu’avec un Unimog tout est possible !)

Notre Route de la Soie

Préparation du voyage

Même si nous souhaitons nous déplacer au grès des rencontres, des saisons, pour un voyage de cette ampleur, nous avons besoin d’une esquisse de tracé.

Nous avons besoin de renseignements donc de collecter les informations sur les conditions d’entrée dans chaque pays, pour nous mais aussi pour le véhicule. Dans quel pays avons-nous besoin d’un visa, quel est le délai d’obtention, quelle est sa durée ? Pour le camion, quel pays demande le carnet de passage, une assurance particulière du pays… ?

À quelle saison partir ?

Encore une chose bien compliquée ! En effet, si on veut passer par le lac Baïkal, on ne peut y être que l’été comme pour la Mongolie, donc mine de rien, on se doit de respecter un peu un timing ! Certains pays ont un hiver très rigoureux, avec des cols enneigés alors oui, le camion est 4×4 mais on parle quand même de températures entre -20 et -30° …. ça fait réfléchir !

Les pays que nous traverserons

Nous partons de Corse donc nous partirons par l’Italie en arrivant à Livourne. Puis nous nous dirigerons vers la Slovénie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, pour l’Europe.
Nous continuerons par la Turquie qui est la porte de l’Orient. Viendront ensuite la Géorgie et l’Azerbaïdjan ( l’Arménie est en suspens pour le moment à cause du conflit l’opposant à l’Azerbaïdjan mais j’espère que ça évoluera favorablement).

Ce sera ensuite l’Iran avant de parcourir la série des pays en « STAN », les pays de l’ancien bloc Soviétique : Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizistan et Kazakhstan. Un petit tour au sud de la Russie au lac Baïkal pour enfin atteindre la Mongolie.

Nous cheminerons sur une partie de la route de la soie, mais dans le sens ouest / est !

L’association Meet on the Road

Au cours de chacun de nos voyages en Asie , nous avons énormément reçu de la part des gens dont nous avons croisé le chemin. Nous avons beaucoup échangé et à chaque fois, nous nous sommes demandé comment on pouvait les aider à notre tour ? Je n’avais trouvé que la solution de parler d’eux à travers les articles du blog.

Au moment du 1er confinement, j’ai énormément penser à Tim, notre chauffeur de tuk-tuk à Siem Reap sur les épaules de qui reposait toute sa famille. J’avais écrit un article sur lui et ça portait ses fruits puisqu’il avait beaucoup de réservations. Mais il y a eu cette pandémie mondiale qui a mis fin à son activité. Quand on sait que l’école pour ses enfants est payante, comme les frais de santé, on se dit qu’on bénéficie de certains privilège …

Nous ne pouvions pas envisager un tel voyage sur la Route de la Soie sans une possibilité d’aider les personnes que nous pourrions rencontrer, ou d’autres associations sur place.

La création d’une association à but socio-culturel nous permet de donner un cadre à ce projet, de lui donner de la visibilité et de la transparence. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page Devenir partenaire de Meet on the Road.

Comment soutenir l’association Meet on the Road ?

Faire un don à l’association

Les dons peuvent se faire à travers l’association MEET ON THE ROAD. Il y a également la possibilité pour les entreprises ou collectivités de devenir membre bienfaiteur avec une participation.

Vous pouvez effectuer un don par paypal, carte bancaire par paypal ou par virement bancaire. Vous recevrez votre reçu fiscal sous 72 heures.

La boutique Meet on the Road

Retrouvez des articles à l’effigie de Meet on the Road comme des mugs, des tee-shirts, des sacs en tissus,… L’intégralité des bénéfices de ces ventes iront à l’association Meet on the Road. Lien vers la boutique Meet on the Road

La boutique Meet on the Road

Y’a plus qu’à !!!

De nouveau bloqués, et pour plusieurs semaines, il va falloir de la patience !

Vous devez vous dire qu’on est fou de s’embarquer dans un tel projet alors que l’on ne peut même plus se déplacer autour de chez soi !!! Et même nous, quand on regarde ce camion, on se dit « mais comment on en est arrivé là ??? »

On se dit aussi qu’à cinquante ans passés, si on ne le fait pas maintenant, on ne le fera jamais. Il y a un moment où il faut se donner les moyens de ses rêves !

Bref, ça nous laisse du temps, du temps pour organiser notre départ, pour peaufiner les aménagements, pour prendre en main le véhicule et ses possibilités et surtout du temps pour préparer cette route de la soie.

Le lien des vidéos

Pour suivre Meet on the Road sur les réseaux sociaux : FacebookInstagramYouTube

Pour découvrir notre camion : La visite du camion par Pascal, l’essai du camion, l’arrivée de Phil en Corse.

Retrouvez les chaines YouTube des voyageurs dont je vous parle dans l’article : Justin Van Colen , GrizzlyNbear Overland, Les Artisans de demain , Wonderscope project , Les Marioles Trotters , Nesta autour du Monde , les Petits Voyageurs , The Vadrouilleurs for reveur , Raised on the Road , Capitaine Morgan

Note : 1 sur 5.

Si vous désirez être prévenu par e-mail à chaque nouvel article, pensez à vous abonner à l’aide du lien ci-dessous:

Rejoignez les 889 autres abonnés

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux en cliquant sur le logo de partage 😉 qui se trouve en-dessous.

Posts created 84

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :