. .

Maroc : La piste des Cèdres

Au départ d’Azrou, dans le Moyen Atlas, la piste des cèdres au Maroc traverse cette immense forêt, mais également des plateaux à 2000 mètres d’altitude. Le Maroc offre un large choix de pistes roulantes pour tout type de véhicules pas trop bas.

Nous quittons le Camping Amazigh d’Azrou vers 9h30.

Etape 3 : La piste des Cèdres

Azrou est la plus importante ville berbère du Moyen Atlas mais on y vient principalement pour sa forêt de cèdres millénaires. Il existe plusieurs pistes dans la forêt de cèdres.

Dès que nous arrivons aux abords de la forêt, on rencontre des singes Magot. Plusieurs colonies de singes de Gibraltar vivent ici. Certains attendent même qu’on leur donne à manger !

Nous alternons forêt et plateaux à 2000 mètres d’altitude. Sur ces plateaux majestueux, on croise de superbes troupeaux de moutons avec leur berger. Le mouton Berbère est une race ancienne que l’on trouve en Afrique du nord. De petite taille, sans corne ou toutes petites, sa toison est rude. Sa robe est blanche avec la tête noire. Cette race est renommée pour la qualité de sa viande, et ses 2 à 3 kg de laine permettent la fabrication de tapis, vêtements.

Ces paysages sont si époustouflants que nous ne cessons de nous arrêter pour des pauses afin de se laisser envahir par toute cette beauté que la nature nous offre.

Nous traversons quelques petits villages, nommés Aït suivi d’un nom. Aït signifie « tribu ». Toujours des sourires, des signes. Ces petits hameaux vivent en quasi autarcie et voient les véhicules arriver de loin, à cause de la poussière. Ils sont donc au bord de la route à notre passage !  Je continue de distribuer aux enfants des petits bracelets en macramé que j’ai fait avant de venir, et nous leur donnons des stylos.

Bivouac sur un plateau

La nuit ne va pas tarder à tomber et Sylvain sait que nous ne pourrons pas rallier Boumia avant la tombée de la nuit. Il est temps de trouver un endroit pour bivouaquer. Ce sera notre seul et unique bivouac du Maroc.

On trouve un beau plateau et on demande à un couple sur leur âne si on peut s’installer là pour la nuit. Le monsieur nous propose de venir chez lui ! C’est adorable mais, nous sommes trop nombreux pour nous imposer !

Nous préparons le feu puisque nous avons un figatellu, je fais une salade de pois chiches, des pâtes au pesto rossa et nous voilà prêts ! Mince… nous n’avons pas de pain !

Mais voici que surgissent de nulle part un couple et leurs 2 filles ou petites filles. Ils nous posent sur la table 2 beaux pains et un sac de pommes. Quand nous demandons ce que nous leur devons, … rien, c’est un cadeau. J’offre aux petites des bracelets macramé et nous les remercions du fond du cœur pour leur générosité.

Ce pays ne cesse de nous étonner, cette bienveillance envers les voyageurs est tellement inattendue, nous sommes tellement touchés par toute cette gentillesse.  Leur sens de l’hospitalité est remarquable et ne manque pas de nous interpeller sur le nôtre, dans notre vie occidentale….

Notre modèle de société est basé sur l’individu, l’individualisme, alors que le modèle berbère est basé sur le collectif, le bien-être du groupe. Voilà de quoi réfléchir…

Étape 4 : On termine la piste des Cèdres

Ce matin, nous reprenons la piste des cèdres. La piste est roulante mais certains passages sont étroits, et avec le camion, il faut être vigilant. A certains endroits, la piste s’est un peu affaissée et il ne s’agit pas de mettre la roue au mauvais endroit. Nous avons pris les pistes P7217, P7317 et P7306.

Nous traversons des paysages avec une terre très rouge, des vallées où on retrouve de la verdure, et des cultures. Dès qu’il y a un peu d’eau, les terres sont exploitées. Si c’est plus sec, ce sont des élevages de chèvres ou de moutons.

Tout au long de ces 40 km de pistes, nous ne cessons de nous extasier sur la beauté des paysages. A chaque rencontre, nous avons toujours droit à un petit signe de la main.

Aux abords de Boumia, séance regonflage des pneus pour ceux qui ont dégonflé puisque nous attendent 275 km de route jusque Boudnib.

Le camion s’est vraiment décrassé les roues ! Il a gagné en puissance, enfin, à son niveau, biensur, parce que sa vitesse de croisière c’est du 70/75 kms heure ! On redoute moins les côtes puisqu’il grimpe beaucoup mieux !

Province du Drâa Tafilalet

Nous faisons une halte au Marjane de Midelt pour un ravitaillement. Le Marjane au Maroc est un magasin genre carrefour où on trouve de tout.

Située à 1520 mètres d’altitude, Midelt se trouve à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas oriental. Nous arrivons dans la province du Drâa-Tafilalet.

C’est du Tafilalet que serait originaire la reine berbère Tin Hinan, considérée par les Touaregs comme leur ancêtre originelle.

C’est par cette région que passait au Moyen-Âge l’or, les épices, le sel et les esclaves provenant du balad es-soûdân, le « pays des Noirs », correspondant au Mali, Niger et les pays actuels du golfe de Guinée.

La route est longiligne et après Midelt, assez désertique ! Cette région est la porte du Sahara, le style des habitations change, les maisons sont des cubes couleur sable.

Les villages se regroupent autour des oasis, des oueds. On se rend compte un peu plus compte de l’importance de l’eau, même si avec notre véhicule aménagé, on en est déjà bien conscient.

Le Rekkam Boudnib

Nous arrivons de nuit au Rekkam, chez François, où Sylvain a l’habitude de venir. Seul camping de Boudnib, le Rekkam est l’entrée de toutes les pistes ! On va y passer 2 nuits, et prendre nos repas du soir et petits-déjeuners ici puisque le Rekkam fait Auberge, et c’est excellent. Et en plus il y a de la bière !!!!

Pour 2 nuits au Rekkam Boudnib, avec 2 repas du soir pour deux, 2 petits déjeuners pour 2, et 2 bières chacun, nous avons payé 1000 dirhams donc 92 € pour deux en 1/2 pension.

Bilan de la piste des Cèdres

Il n’est pas obligatoire d’avoir un 4×4 pour cette piste des Cèdres au Maroc. Aucune difficulté particulière n’est à noter, et au fil des ans, la piste est élargie.

Il existe plusieurs pistes, ce qui fait qu’on peut aisément passer plusieurs jours dans cette région.

Pour voyager l’esprit tranquille, pensez à prendre une assurance annulation, annulation location ou rapatriement . Chapka Assurances est partenaire de Meet on the Road, c’est à dire que si vous souscrivez une assurance à l’aide de ce lien, vous payerez le même prix mais l’association Meet on the Road percevra une petite commission.

Rejoignez les 976 autres abonnés
Posts created 93

3 commentaires pour “Maroc : La piste des Cèdres

  1. Bonjour, je découvre votre voyage, sur ce dernier récit, vous parlez de votre « seul » bivouac ? J’aimerais comprendre pourquoi vous ne bivouaquez pas plus souvent … ? Merci pour votre réponse, et je vais continuer à lire vos récits et aller faire un tour sur les vidéos !!

    1. Bonjour Anne-France, nous n’avons fait qu’un bivouac parce qu’à chaque étape, nous étions proches d’un endroit / auberge / camping connu par l’un de nous, et l’accueil étant si chaleureux, les prix si minimes que nous avons choisi la facilité ! Ça ne nous empêchait pas de faire le barbecue dans certains, mais dans d’autres où il y avait une table de qualité (et surtout pas cher !) nous avons mangé sur place.
      En plus, en arrivant souvent tard, et crevés , on a apprécié !
      Ensuite 2 avaient une tente de toit, donc la douche et toilettes du camp étaient les bienvenus ! Dans chaque vidéo vous verrez les campings, où auberges, et sur les articles, je mets les tarifs, … Merci pour votre commentaire et bonne préparation de voyage, si c’est le cas

  2. Ah d’accord, je ne prenais pas en compte les autres véhicules … Voyageant nous aussi (pour les vacances seulement, malheureusement !) en 4X4 tente de toit, il est vrai que la douche ça manque !! C’est vrai que pour être déjà allée au Maroc, il est dommage de sepriver de l’accueil des locaux. Je vais aller voir vos vidéos dès que j’ai un moment. Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.