S21 ET KILLING FIELDS

S21 et Killing Fields : Nous avons choisi de prendre un guide francophone pour la visite de ces lieux faisant partie de l’histoire douloureuse du Cambodge.

Tout comme j’ai écrit un article sur Auschwitz cette année, je pense pour la même raison que même si ces visites sont poignantes, nous ne devons jamais oublié ce dont l’homme est capable.

Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.

Winston Churchill

L’histoire du Cambodge

L’histoire du Cambodge est douloureuse, très douloureuse. Je vous conseille d’ailleurs l’excellent film d’Angelina Jolie d’après le livre de Loung Ung « D’abord ils ont tué mon père« . Très utile également pour comprendre cette histoire, il y a également « La Déchirure » réalisé par le britannique Roland Joffé.

On ne peut pas visiter ces lieux sans revenir sur certains évènements marquants et certaines dates.

17 avril 1975 : les Khmers rouges vident Phnom Penh de ces habitants, plus d’1 million, en 1 semaine. Le Roi est alors enfermé dans son Palais, et il y restera enfermé pendant 5 ans. Il n’a plus le droit de s’adresser aux ambassadeurs, aux journalistes. Le régime Khmer refuse même sa démission. De plus, 27 membres de sa famille seront tués ou mourront de faim.

Les années de dictature Khmer rouge auront fait plus de 3 millions de morts, soit 20% de la population cambodgienne.

Sur les 16 millions de Cambodgiens, 7 millions ont moins de 30 ans.

La Prison S21 ou Tuol Sleng

Cette prison appelée Tuol Sleng ou S21 est un ancien lycée transformé en 1976. Notre guide Christophe, nous fait asseoir sur un banc dans la cour pour nous expliquer cette histoire du Cambodge.

1975 … Le début de la fin

Le maitre mot pendant ces années Pol Pot est « On ne fait confiance à personne« 

Les premiers prisonniers seront les « instruits » afin de mieux contrôler le peuple par la pensée unique. Suivront les « têtus » qui finiront par avouer des fautes non commises. On apprend donc que les prisonniers ne sont pas seulement des opposés au régime, puisqu’il y a aussi des purges internes.

Au début, on arrête les Khmers nationalistes (ceux qui aiment leur pays) et les Khmers communistes. Les premiers seront exécutés la première année. La guerre fait rage sur le front vietnamien et les Khmers perdent des batailles. Les chefs de l’armée de Pol Pot seront arrêtés.

Une durée de vie de 3 mois

Le centre de détention S21 verra passer environ 20 000 prisonniers, qui subiront la torture pour la plupart. Il existait 3 sortes de tortionnaires : les gentils, les méchants et les mordants.

Après avoir écouté notre guide, nous montons visité les anciennes salles de classe devenues salles de torture ou de détention.

Cette visite me rappelle vraiment la visite de Auschwitz Birkenau. Je me demande comment des hommes ont pu en torturer d’autres de cette façon ?

La durée de vie dans cette prison n’était que de 3 mois ! Une fois passés par toutes les phases de tortures, les prisonniers devaient eux-même creuser leur tombe.

Lors de la libération du camp le 7 janvier 1979, les vietnamiens ne découvriront que 11 survivants, 7 hommes et 4 enfants, sur les 20 000 détenus passés par ce camp.

Certains de ces survivants sont aujourd’hui présents dans le musée du génocide S21. Ils vendent leur livre et le dédicacent. Je ne peux m’empêcher de penser que ça doit être assez horrible de continuer à être dans ces lieux pleins de souffrances.

Comme à Auschwitz, je reste sans voix devant cette galerie de visages anonymes et qui sont ceux des malheureux passés par ce camp.

Killing Fields ou Choeung Ek

Notre chauffeur de tuk-tuk nous attend pour nous emmener à Choeung Ek, situé à une quinzaine de kilomètres de Phnom Penh.

Ce champ de 2 hectares est situé à 17 km de Phnom Penh. À partir de 1976, il n’y a déjà plus de place pour exécuter et enterrer les victimes à la prison S21. Découvert au début 1979 par un paysan du village de Choeung Ek, ce lieu est le plus grand charnier du Cambodge. Des prisonniers de tout le Cambodge arrivaient ici pour y être massacrés.

Les détenus étaient amenés en camion par des gardiens et abattus dès leur arrivée. Mais comme il fallait économiser les munitions, les bourreaux massacraient leurs victimes à l’aide de pioche, marteaux, ou machettes

Sur les 129 fosses communes du site, seulement 80 ont été fouillées. En passant sur le chemin qui traverse ces fosses, notre guide nous montre des restes de vêtement ainsi que des os qui remontent en surface après chaque période de pluie. Il existe des sortes d’urnes transparentes où peuvent être déposés ces ossements ou vêtements.

Un arbre centenaire trône au milieu du site, témoin muet de toutes les exactions de ce lieu. Les visiteurs y accrochent un bracelet de l’amitié afin d’honorer la mémoire de ces victimes innocentes. Il n’y a vraiment aucun mot pour décrire ces cruautés.

Aujourd’hui, Choeung Ek est un mémorial. Au centre, on a érigé un stupa bouddhiste dans lequel sont conservés pas loin de 9 000 ossements et crânes humains. On peut distinguer sur ces crâne les marques des fractures.

Guide pratique de cette matinée

Il est midi lorsque nous arrivons à l’hôtel. Nous décidons de garder notre chauffeur de tuk-tuk pour l’après-midi puisqu’il ne nous demande que 10 $ de plus pour nous emmener à Koh Dach, l’ile de la Soie, et nous en faire faire le tour.

Notre guide francophone : M. TOUCH Sopheap (Christophe) Email: christophetl01[arobase]gmail[point]com – WhatsApp : +855 012 87 89 61

Les tarifs du guide sont 50 $/jour. Pour le tuk-tuk, nous avons payé 20 $. L’entrée à la prison S21: 5 $/pers – L’entrée à Killing Fields : 3 $/pers

Autant nous n’avons pas trop apprécié la ville de Phnom Penh, autant nous avons apprécié de faire ces visites avec un guide francophone. Sopheap est un guide officiel qui parle très bien le français, et qui est très sympathique. Il est vrai qu’il y a des audio-guide, mais cela ne remplacera jamais le guide, dans votre langue, avec les nuances qu’il peut apporter. Les histoires dans l’Histoire…

Nous avons appris beaucoup sur l’histoire de ce pays, et sur les atrocités commises en seulement 4 ans par le Kampuchéa démocratique, le régime des Khmers rouges. Je reste persuadée que pour tenter de comprendre un peuple, il faut connaitre son histoire.

Vous devriez aimer les articles sur Siem Reap et sur Phnom Penh

Si vous désirez être prévenu par e-mail à chaque nouvel article, pensez à vous abonner à l’aide du lien ci-dessous:

Rejoignez les 441 autres abonnés

Vous avez aimé cet article ? Il vous a aidé à préparer votre voyage? Partagez-le sur les réseaux sociaux en cliquant sur le logo de partage 😉 qui se trouve en-dessous.

Posts created 62

Un commentaire pour “S21 ET KILLING FIELDS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :